Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs

  • Séries TV

    glenclose-damages-ijustine1.jpg


    Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte…
    Non, ça c’est du Marcel Proust !
    Longtemps, je n’ai pas aimé les séries TV en général et les séries américaines en particulier. D’abord les séries étaient diffusées à jours et heures fixes et je regarde très peu la télévision en direct et en tout cas jamais à jours et heures fixes. Ensuite, les séries américaines sont le plus souvent diffusées en version française et les doublages sont consternants. Enfin, pour les série policières ou juridico policières, je n’y comprenais rien car le système juridique anglo-saxon m’était étranger.
    À l’occasion d’un long séjour à l’hôpital, je n’avais que cela à me mettre sous la dent : j’ai regardé la série « Damages » en version doublée (pas si mal). Un ami d’enfance qui a vécu et travaillé outre-Atlantique m’a initié aux arcanes de la justice US et ma prêté "Boston Legal", alors, j’ai commencé à y comprendre quelque chose. La lecture de nombreux policiers de Michael Connelly m’a également aidé.
    Cette série a aussi le mérite de mettre en cause le modèle nord-américain et de montrer les ravages de l’ultra néo conservatisme, ce qui me va bien.
    Mais ce qui m’a le plus facilité le changement ce sont les nouvelles formes de consommation télévisuelles qui m’affranchissent des programmes tout prêts : grâce aux « replays », DVD, etc.
    Ainsi, j’ai acheté les saisons de « Damages » en DVD et j’ai pu les regarder à ma guise et en version originale ; et là cela devient excellent. J’en ai vu d’autres, y compris de la science fiction partisane (Battlestar GALACTICA)…
     La qualité des séries américaines me semble bien meilleure (et plus engagée) que celle des actuels « blockbusters » d’Hollywood (où cependant les séries sont aussi réalisées).
    J’ai récemment été conforté dans mon changement en regardant sur le ouèbe une interview de Martin Winkler, médecin, écrivain et fanatique des séries anglo-saxonnes. Il nous a montré, à partir d’exemples en VF puis en VO, comment, au doublage, les chaines censuraient les séries à travers les dialogues voire en coupant de larges passages jugés « pas corrects ».
    Je vous engage à faire le pas si cela n’est pas déjà fait !

    MISE EN GARDE : afin de conserver le rythme et d'éviter l'effet indésirable du produit -l'addiction- je conseille de ne regarder qu'un épisode par jour car ce n'est pas fait pour tout voir d'un seul coup