Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LEV

  • Mathématiques "modernes"

    Ami(e)s lecteurs & lectrices !

    Selon vos âges, vous êtes passés avant, pendant ou après la période au cours de laquelle on enseignait les mathématiques prétendues "modernes" (alors qu'elles avaient déjà  environ cent ans). En gros, la "réforme" a sévi de 1970 à 1980.

    Je suis passé juste avant mais j'y ai gouté car en seconde et en première (1959-1961) j'avais un professeur de mathématiques remarquable qui, au-delà du programme, a su nous initier en connaissance de cause à ces choses là. J'y ai pris un plaisir extrême.

    En classe de mathématiques élémentaires tout cela a été mis sous le boisseau au profit du programme, des coniques, de rudiments d'arithmétique et de la cosmographie.

    Après, en classes préparatoires, ces mathématiques "modernes" nous étaient enseignées par des agrégés (normaliens ?) qui savaient le faire et j'ai retrouvé ces plaisirs extrêmes. Mais j'étais un privilégié comme mes camarades de classe.

    Car plus tard, la réforme, d'inspiration bourbakiste mais  mal préparée, en particulier pour ce qui concernait la formation des enseignants, a été un désastre et presque une génération a été perdue pour les mathématiques.

    Les mathématiques modernes stricto sensu furent abandonnées par la plupart des enseignants durant les années 1980. (source Wikipedia)

    J'ai lu récemment le "Hors Série" du magazine "Tangente" consacré à "La Droite". On y lit la définition de la droite en quatrième (14 ans environ) selon les directives du Ministère.

    Pour y accéder cliquez sur "+Lire la suite".

     

    Lire la suite

  • The Circle : complément

    Ubérisons.jpgTrès récemment, j'ai publié sur LEV une recension d'un livre de science fiction "proche" : The Circle. Un de mes amis lecteurs m'a envoyé un mémoire de deux futurs ingénieurs du Corps des Mines, Clément Bertholet & Laura Letourneau. Le titre est : UBÉRISONS L'ÉTAT … avant que d'autres ne s'en occupent …

    La direction de ce travail a été faite par Michel Berry, Ingénieur Général du Corps des Mines.

    En lisant le texte, je me suis rendu compte que le livre était vraiment de la science fiction "très proche" !

    Finalement, on m'a transmis la vidéo (50') de la soutenance qu'ils ont faite en vue de la finalisation du mémoire et peut-être d'un livre, suite aux remarques de la salle.

    J'ai visionné le document. Il "colle" bien à au moins un des aspects du livre (j'ai écrit : "The Circle pourrait remplacer l'État") ; à ce titre il peut soit compléter la lecture du livre soit donner envie de le lire.

    Bien entendu, je ne fais pas miens tous les propos tenus et, si j'avais été dans la salle, j'aurais, moi aussi, fait des remarques[1] qui n'ont pas leurs places dans ce blog ! Juste une impression générale : pour qu'il y ait contre attaque de l'État, il faut un État ! Or, pardon de faire un peu de politique, y a-t-il encore un État ? Il y a, certes, des Administrations qui agissent, ils ont cité l'Administration fiscale, je signale le nouveau site Service Public par exemple.

    Donc, regardez la vidéo, cliquez sur +Lire la suite.

     

     

    [1] une petite erreur : les "liasses fiscales" des entreprises ne sont pas confidentielles mais publiques (sous réserve quelles aient été déposées au Tribunal de Commerce comme le prévoient les textes).

    Lire la suite

  • The Circle

    41TJsuCvnmL.jpg"The Circle" est un gros livre passionnant que je recommande à toutes et à tout mes ami(e)s. Hélas ou tant mieux, ce n'est pas un livre de science-fiction même si cela y ressemble. Je pense à "Brave New World" écrit par Aldous Huxley en 1931 et décrivant une société future en l'an 632 de l'ère "Notre Ford" donc "loin devant". Je pense plus encore à "1984" de George Orwell écrit en 1949 et prévoyant, 45 ans plus tard, une société dictatoriale dans laquelle "Big Brother" sait tout et fait tout !

    Non, "The Circle", c'est sinon demain, peut-être après demain et c'est terrifiant.

    C'est une nouvelle dystopie[1] mais proche et plus probable.

     

    [1] contre-utopie

    Lire la suite